Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Mes bd à moi
  • Mes bd à moi
  • : Un blog consacré à la bande dessinée, de tout horizon, et à tous les produits dérivés du monde de la bd. Un blog animé par Yaneck Chareyre et Snoopy
  • Contact

Recherche

CLASSEMENT WIKIO

Wikio - Top des blogs - Illustration

12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 08:05
JSA-Que-justice-soit-faite.jpg

Titre : Que Justice soit faite

Série : JSA

Scénaristes : James Robinson/ David Goyer/ Geoff Johns

Dessinateurs : Stephen Sadowski/ Marcos Martin/ Scott Benefiel/ Buzz

Editeur VO : DC Comics

Editeur VF : Panini Comics

Collection : DC Big Books

 

 

Ce n’est pas facile d’écrire cet article, alors même que je ne suis pas certain de tout avoir saisit lors de ma lecture.

Les bases, d’abord. Si la JLA commence à être connue du grand public, grâce à ses grands héros, Batman, Superman, Flash ou Wonder Woman, ce n’est pas le cas de sa grande sœur la JSA.

Cette équipe est censée être la première grande équipe du monde DC Comics, créée il y a fort longtemps. En 1999, DC décide de relancer cette série, et c’est donc le premier Big Book que nous avons là en français. On garde deux personnages de la série initiale. Deux vieux, justement, pour faire une différence avec la JLA, Sentinel, anciennement Green Lantern, et Jay Garrick, le premier des Flash. A leurs côtés, des héros liés à l’histoire de l’équipe. Souvent des nouveaux visages, plus jeunes, sous des identités plus anciennes. Un moyen de faire le lien. Un héritage, en somme (et l’héritage des héros est un thème chère à DC Comics).

 

La Société de Justice se réunit à nouveau autour de deux évènements. La mort de Sandman, un de leur ancien membre, et le retour du Dr Fate, encore un ancien membre. Ils vont devoir permettre au Dr Fate de revenir, alors que son pouvoir est convoité par un ennemi puissant. Puis, l’équipe une fois réunit, devra faire face au fils de Sentinel, Obsidian, devenu complètement fou.

Cette lecture ne fût pas déplaisante, mais il demeure une éternelle difficulté, dont je ne sais pas comment DC va s’en départir en France. Les personnages ne sont guère connus, et c’est un peu compliqué de tout suivre, et de tout comprendre. Même pour moi, qui suis tout de même un peu de DC régulièrement, via le bimestriel 52. Je me demande comment un néophyte de cet univers peut réussir à se plonger dedans.

 

C’est dommage, car les épisodes sont loin d’être inintéressants.


Partager cet article

Repost 0

commentaires