Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Mes bd à moi
  • Mes bd à moi
  • : Un blog consacré à la bande dessinée, de tout horizon, et à tous les produits dérivés du monde de la bd. Un blog animé par Yaneck Chareyre et Snoopy
  • Contact

Recherche

CLASSEMENT WIKIO

Wikio - Top des blogs - Illustration

16 août 2008 6 16 /08 /août /2008 06:00

Reality-Show--On-air.jpg


Série : Reality Show

Numéro : 1

Titre : On air

Scénariste : Jean David Morvan

Dessinateur : Francis Porcel

Editeur : Dargaud

 

 

Voilà une série en trois tomes, que j’ai découvert grâce à un ami. N’ayant pu aller au festival d’Angoulême, après y avoir été deux années de suite, l’un de mes amis de l’époque m’a fait une dédicace, sur une série que je ne connaissais pas, et qu’il avait envie de me faire découvrir.

 

Le monde de Reality Show, c’est l’Espagne, dans un futur proche. Futur où les robots sont omniprésents, mais sont loin d’êtres une menace car liés à un réseau commun, et lié par les lois de la robotique, popularisées par Isaac Asimov. Dans ce monde, Mediacorp est une entreprise de spectacle, qui propose un reality show policier. Norman Barron et Sheeta sont deux agents de police privés, embauchés par Mediacorp. Leurs aventures sont suivies par plusieurs centaines de milliers de fans.

Mais ils vont tomber un jour sur un tueur en série, et dans leur poursuite, Sheeta va y laisser la vie. Barron se retrouve avec un nouvel équipier, la jeune aspirante de police Oshii, qui va découvrir que derrière les beaux discours de l’émission, se cache une réalité beaucoup moins reluisante.

 

Allier critique de la télé-réalité, Science Fiction, et enquête de police, voilà une belle réussite pour Jean David Morvan. Tout cela se marrie à merveille. Les personnages sont soit attachants, pour Oshii, soit gerbant, pour Gulliver le patron, voir même carrément incompréhensible pour le grand héros, Norman Barron. Il n’y a pas de personnage tout blanc ou tout noir, et même les seconds rôles sont bien utilisés pour critiquer le système de starification. Ceux qui sont dedans en sont les acteurs, mais les gens qui gravitent autour l’entretienne, parfois même sans y penser.

 

Un excellent premier tome, mais je vous parlerai des deux suivants à l’avenir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires