Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Mes bd à moi
  • Mes bd à moi
  • : Un blog consacré à la bande dessinée, de tout horizon, et à tous les produits dérivés du monde de la bd. Un blog animé par Yaneck Chareyre et Snoopy
  • Contact

Recherche

CLASSEMENT WIKIO

Wikio - Top des blogs - Illustration

2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 21:34

Croisade-tome-1.jpg

 

Série: Croisade

Tome: 1

Titre: Simoun Dja

Scénariste: Jean Dufaux

Dessinateur: Phillipe Xavier

Editeur: Le Lombard

 

 

Croisade est un album que j'ai depuis un moment dans ma bibliothèque, mais la première lecture ne m'avait pas emballé outre mesure, et je n'en n'avais pas fait la chronique.

La seconde lecture aura changé cela.

 

Jean Dufaux situe son histoire durant la 3e Croisade, en Terre Sainte, à la fin du 12e siècle.

Jérusalem est aux mains des musulmans, et les Chrétiens tentent toujours de reprendre la ville. Grégoire d'Arcos est celui qui mène les troupes. Il est âgé, et son influence ne lui permet plus de prendre ses décisions seul. Malgré la proximité du Simoun Dja, ce vent qui ravage tout sur son passage, l'assaut sera menée sur Jérusalem. Pourtant, des forces occultes sont à l'oeuvre et semblent décidées à influer sur le cours de cette histoire.

 

J'ai beaucoup aimé ce mélange entre fantastique et Histoire. D'autres séries le font, mais je pense que l'on peut dire que Dufaux a pris le parti de faire du med-fan, comme disent les joueurs de jeu de rôle. Du Médiéval-Fantastique. Ce qui n'est pas la même chose que l'Héroïc-Fantasy, moins soumise aux impératifs historiques. De même, nous ne sommes pas dans l'univers d'une série telle que le Triangle secret, chez Glénat. Croisade a un ton tout à fait personnel, et finalement, assez plaisant à lire.

 

Je ne peux terminer cet article sans dire quelques mots du dessinateur, Phillipe Xavier, que je suis depuis un moment, depuis que je l'ai découvert sur le stand SEMIC à Angoulême en 2001.

Indéniablement, son style a progressé, s'est affiné. D'une certaine façon, il semble se placer au croisement de deux influences, Jacques Martin, pour la précision des décors, et Jae Lee, pour l'utilisation des ombres. Au croisement du franco-belge et du comics. Ce qui ne serait guère étonnant pour un auteur qui a travaillé tant en Europe qu'aux Etats-Unis.

Partager cet article

Repost 0

commentaires