Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Mes bd à moi
  • Mes bd à moi
  • : Un blog consacré à la bande dessinée, de tout horizon, et à tous les produits dérivés du monde de la bd. Un blog animé par Yaneck Chareyre et Snoopy
  • Contact

Recherche

CLASSEMENT WIKIO

Wikio - Top des blogs - Illustration

6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 04:53

  Billy-Bat-tome-1.jpg

 

 



Série : Billy Bat
Nombre de tomes : 2 (Série en cours – 8 tomes parus au Japon)
Auteur : Naoki Urasawa
Editeur VF : Pika
Editeur VO : Kôdansha
Date de publication VF : 14 Mars 2012



 

 

Nous sommes en 1949. Kevin Yamagata est un jeune dessinateur américain qui connait un succès de plus en plus grand avec sa bande dessinée Billy Bat, les aventures de la chauve souris détective. Un jour, alors qu'il est en plein doute sur comment terminer son histoire, la police arrive chez lui en vue de réquisitionner son appartement pour surveiller un de ses voisins (soupçonné d'être un communiste). C'est alors qu'un des deux policiers, après avoir regardé le travail du dessinateur, affirme avoir déjà vu ce personnage au Japon. N'en croyant pas ses oreilles (et craignant d'avoir plagié un personnage existant), Kevin Yamagata décide de partir au Japon enquêter sur ce possible plagiat et pour mettre les choses au clair. Cette décision va radicalement changer sa vie...

Je vous le dis de suite : je vais essayer de rester le plus évasif possible dans les lignes qui suivent. Pourquoi ? Tout simplement parce que je pense qu'il faut laisser le lecteur découvrir par lui-même ce premier tome.

Je pense qu'il n'est plus nécessaire de présenter Naoki Urasawa, auteur à succès qui est notamment connu dans nos contrées pour ses mangas Monster, 20th Century Boys ou encore Pluto. Les amateurs de ces mangas ne seront pas déçus par ce premier tome. On retrouve des thématiques, des ambiances qui ont fait le succès de ces précédents mangas. Ainsi, Kevin Yamagata peut être considéré comme un « clône » du Dr Tenma dans Monster. Ils sont tous les deux assez « purs ». Ils ont tous les deux tendances à se retrouver dans des ennuis sans le vouloir. Le premier tome de Billy Bat est particulièrement intéressant au regard des différentes pistes lancées par maitre Urasawa. On part d'une simple situation de potentiel plagiat pour aboutir à une situation bien plus compliquée (et avec une dimension infiniment plus grande que l'avenir du simple dessinateur). Comme à son habitude, l'auteur réussit à utiliser des éléments historiques pour « crédibiliser » son oeuvre. Vous retrouverez donc en guise de tapisserie des thématiques comme la lutte contre le communisme, l'occupation américaine du Japon, la « résistance » japonaise face à l'occupation...  En lisant ce premier tome, vous allez donc retrouver un thriller très prometteur (l'avenir nous dira si Naoki Urasawa répondra à nos attentes). Graphiquement, c'est une nouvelle fois un réel plaisir d'observer les planches du maitre. En plus de son habituel style réaliste, l'auteur nous propose des passages très cartoony. Passages qui prouvent, si c'était nécessaire, que maitre Urasawa excelle dans bien des styles.

En conclusion, Billy Bat tome 1 est une très bonne lecture. Le titre est prometteur. Visiblement, Naoki Urasawa est bien parti pour nous proposer un nouveau manga à succès. Le seul regret finalement en fermant ce tome est qu'on aimerait lire les aventures de Billy Bat,le détective chauve souris. Car les quelques pages qu'on a l'occasion de lire sont très intéressantes.

 

Ils en ont parlé: Des bulles et des blogs, Scénario, Les fonds de tiroirs,

 

Billy-bat-tome-1_-planche.jpg

Top BD des blogueurs v3

Repost 0
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 05:53

Saint-Seiya-Episode-G-tome-1.jpeg

 

 



Série: Saint Seiya Episode G
Tome: 1
Auteur: Megumi Okada
Editeur VF: Panini Manga
Editeur VO: Akita Publishing Co., Ltd.
Date de publication VF: Septembre 2004
Inspiré de l'oeuvre de Masami Kurumada



 

 

 

La Terre est protégée par un ordre secret, les Chevaliers d'Athéna, qui servent la déesse de la Justice, et en son absence, le Grand Pope, son représentant. Mais alors que le dit Grand Pope, manipulé par une entité, tente de tuer la réincarnation de la déesse, enfant, un chevalier se dresse. Un chevalier d'or, un des douze plus puissants, Aioros du Sagittaire. Déclaré traître, il est pourchassé et tué par les chevaliers d'or. Quelques années après, son frère cadet Aiola est devenu chevalier d'or du Lion. Mais sa confiance dans le Sanctuaire et le Grand Pope reste limitée, de même que celle des chevaliers d'or à son égard. Pourtant, une menace importante entend bien retrouver un artefact caché au cœur du Sanctuaire.

Ce manga vient compléter la saga principale de Saint Seiya, Les Chevaliers du Zodiaque, en racontant les évènements qui se sont déroulés entre le sauvetage d'Athéna et la guerre du Sanctuaire, faits relatés dans la série mère. Mais rien sur la période intermédiaire. Avec la bénédiction de Kurumada, le créateur, Megumi Okada développe donc une intrigue personnelle. Mais à mon sens, pas du tout à la hauteur. Le traitement des personnages est au delà de la caricature. Chaque chevalier d'or rencontré est désigné par des termes et une attitude d'une banalité sans nom: Masque de Mort est une brute, Camus un hautain glacial, Aphrodite est narcissique à souhait... Cela n'apporte rien du tout de plus par rapport à la première série, et ne fait que recycler des clichés qui n'ont plus lieux d'être, puisque la cible est le public lecteur de Saint Seiya. Autre reproche, le fait de placer Saga sous influence "divine", ce qui allège le personnage de toute responsabilité pour la suite de ses actes. Il était fou, pourquoi vouloir à tout prix lier à ça à autre chose? Surtout pour en faire une victime, au final. Le seul point positif que je vois dans cette intrigue, c'est lorsque l'auteur place Aiola dans une situation "réaliste", à Three Miles Island lors de l'accident nucléaire. L'œuvre principale ne montrait jamais les chevaliers dans le monde réel, se contentant de lieux mythiques, isolés, ou d'orphelinats. Là, on constate l'influence des Chevaliers d'Athéna dans le monde, et si ça continuait, ça rendrait la série un brin plus intéressante.
Question dessin, il faut s'habituer à ce style résolument plus moderne et dynamique que celui de Kurumada, mais justement, c'était à mon sens la force de cet auteur, qu'une certaine tenue dans le dessin, que ce trait si particulier, un peu froid. Le dessin est sans doute de qualité, mais déstabilise beaucoup trop les amateurs de l'œuvre originale.

Sur ce premier tome, je ne juge donc pas cette série dérivée comme concluante. Lire le second pourra être intéressant pour voir si l'auteur parvient à dépasser les poncifs de la série, ou s'il se contente de resservir les codes classiques de son prédécesseur. Autant sur le dessin, l'originalité peut gêner, autant sur le scénario, c'est un gros manque à ce stade.

 

Ils en ont parlé: Little Read Planet, BDthèque,

Saint-Seiya-Episode-G-tome-1_-planche.jpg

challenge-abc2012

Challenge ABC Critiques

O comme Megumi OKADA

 

 

Logo Top bd 2012

12/20

Repost 0
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 05:14

WEST-tome-3.jpg

 



Série: W.E.S.T.
Tome: 3
Titre: El Santero
Scénaristes: Xavier Dorison/ Fabien Nury
Dessinateur/ Coloriste: Christian Rossi
Editeur: Dargaud

Date de publication: Septembre 2006

 



 

 

Clayton reçoit un nouvel ordre de mission pour Morton Chapel et l'équipe W.E.S.T. Ils ont pour consigne de se rendre sur l'île de Cuba, actuellement contrôlée par l'armée américaine, pour s'assurer que les élections prévues se déroulent en la faveur des américains, en neutralisant un étrange vaudou connu sous le nom d'Islero. Ce "santero" veut chasser les américains, et semble avoir des pouvoirs capables de faire se relever les morts.

Très intéressante, cette histoire, car outre l'intrigue propre à la série, elle nous présente quelque peu l'historie de Cuba, une histoire que je ne connaissais pas jusque là. La façon dont les Etats-Unis ont "libéré" l'île des espagnols pour mieux en prendre le contrôle. Ca explique pas mal de choses pour la suite de l'Histoire.
Bien entendu, le docteur Lennox a été intégrée à l'équipe, et bien entendu, elle ne croit pas un instant à la santeria, une superstition pour elle. Et pourtant, Chapel est moins convaincu qu'elle. On comprend rapidement qu'il est déjà passé par cette île, sans que l'on sache comment, mais qu'il est certain de la menace que représente Islero. Ce scénario est très riche en rebondissements. Chaque personnage de l'équipe est presque indépendant des autres, ce qui multiplie les trames, et donc les évènements. C'est une bonne construction de l'intrigue, surtout quand les deux scénaristes parviennent sans mal à renouer les fils de l'histoire au fur et à mesure.
Autant j'ai été déçu par le tome 2, autant cet album là me réconcilie avec la série. L'intrigue est passionnante, intéressante et bien menée. Avec des dessins toujours aussi bon, et toujours aussi bien travaillés du point de vue des couleurs, il n'y a donc aucune raison de rater cet album là, et sa suite non plus, j'imagine maintenant.

 

Ils en ont parlé: Zorg, Scénario,Coin BD.

 

Logo top bd 2011

16.5/20

Repost 0
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 05:04

  Le-troisieme-Testament-tome-3.jpg

 



Série: Le troisième testament
Tome: 3
Titre: Luc ou le souffle du Taureau
Scénariste: Xavier Dorison
Dessinateur: Alexe Alice
Editeur: Glénat
Date de publication: Novembre 2000




Conrad de Marbourg et Elisabeth ont été faits prisonnier par Uther le rouge dans le monastère de Cornwall. L'inquisiteur a appris que son vieil ennemi le Comte de Sayn était à l'œuvre derrière l'évêque corrompue, et que le troisième testament allait être bientôt découvrir par les suppôts du Comte. Mais tout n'est pas fini. Il est un traître, parmi les moines d'Uther, qui libère Trevor, et lui permet d'en faire autant avec les deux autres prisonniers. La course peut reprendre. Une course vers le destin de Conrad?

Cette série s'avère de plus en plus prenante au fil des tomes. Il m'a semble percevoir des choses, au delà des révélations évidentes, qui me donnent encore plus envie de lire la suite. Le Comte de Sayn ne serait-il pas en fait Satan en personne? C'est ce que je crois comprendre entre les lignes, mais je ne souhaite pas être détrompé ou confirmé dans mon impression pour le moment. Laissez-moi le plaisir de découvrir cela dans les tomes suivants... On sait qui est l'ennemi, on sait où se passera l'ultime affrontement, mais que font les templiers dans cette histoire? Ils sont pourchassés par l'Inquisition, et pourtant, semblent toujours aussi nombreux et toujours aussi impliqués dans cette quête. J'ai hâte de savoir, car ce n'est pas dans ce troisième tome que l'on obtient ce genre de réponses.
Alexe Alice livre une prestation toujours aussi enthousiasmante. Le dessinateur est quelque peu accompagné dans ses encrages sur certaines scènes, mais les ambiances sont toujours parfaites, et les scènes d'actions aussi bien travaillées.

Belle série, qui monte en puissance au fur et à mesure, et que je prends véritablement plaisir à parcourir.

 

Ils ent ont parlé: Coin BD, BD Paradisio,

Le-troisieme-Testament-tome-3_-planche.jpg

Logo top bd 2011

17/20

Repost 0
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 05:03

  Prophet-tome-1.jpg

 

Série: Prophet
Tome: 1
Titre: Ante Genesem
Scénariste: Xavier Dorison
Dessinateur: Matthieu Lauffray
Editeur: Les Humanoïdes Associés
Date de publication: Août 2000

Le professeur Jack Stanton a fait une découverte qui va révolutionner l'Histoire telle qu'on la connaît, pense-t-il... Dans une province reculée de Chine, il a trouvé d'étranges structures gigantesques, signes d'une présence intelligente dans notre lointain passé.  De retour à New York, il écrit un livre pour raconter sa découverte. Mais il n'aura pas le temps d'exploiter une quelconque popularité. Alors qu'un supertanker a percuté Manhattan, Jack se retrouve projeté dans un monde étrange, loin de toute civilisation.

Dorison et Lauffray nous régalent en ce moment avec Long John Silver, mais ils avaient déjà collaboré ensemble. Prophet, c'est une aventure fantastique encore pleine de promesses. C'est du Dorison, c'est bien normal.  Science-Fiction, Fantastique, il est encore un peu difficile de savoir à quoi on a affaire. Xavier Dorison dispense avec parcimonie les révélations, et cette étrange civilisation pourrait autant être extra-terrestre que démoniaque. Et cette incertitude me plaît. Je fais confiance au scénariste, la suite sera forcément passionnante.
Matthieu Lauffray a bien progressé, mais on retrouve déjà toutes ses qualités. Son style dynamique, son encrage un peu sombre, et son talent indéniable pour les décors impressionnants, sont déjà là.

Bref, si l'équipe d'auteur vous plaît déjà, il n'y a pas lieux d'hésiter. Même s'ils sont encore meilleurs aujourd'hui, ils étaient déjà très bons en 2000. C'est un album qui donne envie de continuer la lecture de la série.

 

Ils en ont parlé: Bd-Livre, Coin BD.

 

Prophet-tome-1_-planche.jpg

 

Logo top bd 2011

15.5/20

Repost 0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 05:45

Preacher-tome-5.gif

 

Série: Preacher
Tome: 5
Titre: Sodome et Gomorrhe
Scénariste: Garth Ennis
Dessinateur: Steve Dillon
Editeur VF: Le Téméraire
Editeur VO: DC Comics
Label VO: Vertigo

Date de publication VF: Juin 1999


Enfin, Jesse Custer s'est tiré des emmerdes. Il n'en reste pas moins qu'il a bien l'intention de mettre sur Dieu, et même dans sa gueule. Mais en attendant, il fait un détour par San Francisco, histoire pour lui et Tulip de retrouver Cassidy. Le vampire s'était presque rangé, mais ne tardera pas à se replonger dans les ennuis. Heureusement, Jesse est un bon ami. Dans le même temps, une organisation chrétienne nommée Le Graal, cherche à en savoir plus sur Jesse Custer.

Voilà! Moi qui reprochais à Garth Ennis de mollir dans le précédent album, enfin il revient au meilleur de lui-même en proposant des personnages déjantés, malsains et obscènes.  Jésus Desad est une merveille, et son attrait pour les tapirs merveilleusement débile et outrancier de la part du scénariste. Il s'en donne littéralement à cœur joie pour présenter des personnages tous aussi pourris les uns que les autres. Quand on voit les héros, on se dit que ça ne peut pas être autrement. Ennis livre donc une histoire jubilatoire pour qui aime la bd bourrine et provocante. Preacher, c'est ça, et dans ces pages, Garth Ennis le fait vraiment bien.

Ca fait plaisir.

 

Logo top bd 2011

15/20

Repost 0
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 05:44

Les-entremondes-tome-2.jpg

 

Série: Les Entremondes
Tome: 2
Titre: Les Eaux lourdes
Auteurs: Patrice et Manu Larcenet
Editeur: Dargaud
Collection: Poisson-Pilote
Date de publication: Juin 2000

                                                                                                            
Davor Lenko est gardien dans une centrale nucléaire, en Russie soviétique. Il se soule à la vodka, pour faire ses rondes dans le froid et les installations déliquescentes de la centrale.  Il est une ronde, dont il ne verra jamais la fin. Propulsé ailleurs, dans un autre temps peut-être, il se retrouve dans un monde envahi de nuages rouges, dominé par une Inquisition religieuse, où certains hommes semblent avoir muté radicalement.

Etonnante lecture, prise un peu au hasard, sur le nom de Larcenet. C'était un titre de lui que je ne connaissais pas, j'ai donc eu envie de le découvrir. Bien m'en a pris, car il s'agit là d'une historie assez atypique. Un récit de science-fiction apocalyptique, voilà qui était nouveau chez Larcenet, même si la lecture des Cosmonautes du Futur montre qu'il ne craint pas de s'essayer à la SF. Mais là, on est dans autre chose, dans une sorte de délire uchronique avec Tchernobyl en ligne de mire. Et si la centrale n'avait pu être colmatée, ou quelque chose dans ce goût là. C'est court, du moins, un format normal de bande dessinée, mais pourtant l'intrigue est bien menée, et se suffit à elle-même. Je n'ai pas le besoin d'en savoir plus, d'en lire plus. Il n'y a que peu d'explications, mais je m'en moque, appréciant simplement l'ambiance incroyable et malsaine développée par Manu Larcenet et son frère. J'ai emprunté cet album, je regrette déjà qu'il ne puisse demeurer dans ma bibliothèque. Ce n'est pas le meilleur album de la décennie, mais il m'a contaminé aussi sûrement qu'un réacteur nucléaire soviétique crachant un nuage de gaz un jour de 1986. Je suis impressionné, et relativement sans mots.

Osez découvrir cet album. Un seul à lire, et la découverte d'un pan de l'imaginaire de Manu Larcenet pas vu réellement jusque là.                   
                                                                        

Les-entremondes-tome-2_-planche.jpeg

Logo top bd 2011

17/20


                                                                                                            

Repost 0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 06:03

Promethea-tome-1.jpg

Tome: 1
Scénariste: Alan Moore
Dessinateur: J.H. Williams III
Editeur VF: SEMIC
Collection VF: Semic Book
Editeur VO: DC Comics
Label VO: America's Best Comics

Date de publication VF: Octobre 2000

New York, un 1999 légèrement plus en avance que ne le fût le notre. Sophie Bangs, jeune étudiante, réalise une enquête sur un personnage de littérature, de pulps, nommé Prométhéa. Elle va même rencontrer la veuve du dernier auteur à avoir travaillé sur cette muse particulière, ce qui ne lui rapportera pas grand chose. Mais ce qu'elle rencontrera ensuite, cette créature d'ombre venue la tuer, changera sa vie à jamais. Car à cause de cela, elle va faire la rencontre de Prométhéa.

Ouvrage fort apprécié par la critique, et que j'ai trouvé un peu par hasard dans une médiathèque que je fréquente. Je me suis laissé tenter avec envie, histoire d'améliorer ma culture comics.
J'ai beaucoup aimé cette histoire consacrée à l'influence de l'écrit, de la culture, sur les hommes. Car Prométhéa est une "entité" qui dépend largement de la façon dont les humains la conçoivent. Elle est, mais chaque fois différente suivant par qui elle est incarnée. C'est un principe que je trouve vraiment intéressant. J'ai vraiment hâte désormais de lire ce que va en faire l'excellent Alan Moore. C'est le pouvoir de l'imaginaire sur la construction du monde. C'est très fort. Et pourtant, on ne sait pas encore si tout n'est qu'imaginaire dans l'univers de Prométhéa. Ces adversaires qui veulent sa mort sont-ils eux aussi le fruit d'imaginations, ou bien des entités à part entière? Alan Moore implique Hermes/ Horus, la divinité vénérée par les grecs comme les égyptiens antiques. A-t-il l'intention d'en user comme l'on dit que les fées meurent lorsque l'on ne croit plus en elle? Tout ceci m'intrigue, et me passionne déjà. C'est intelligent, riche, et pourtant pas lourd une seule seconde. Voilà un univers dans lequel je me sens bien.
Il est mis en image par J. H. Williams III, dessinateur très actif dans le monde du comic book, mais que je ne pense pas avoir lu jusqu'à cet album. C'est une très bonne découverte, car son style me convient bien. Il sait mettre les icônes en valeur, sans avoir un style froid ou guindé, c'est très vivant.

Prométhéa confirme donc à la lecture tout le bien qu'on peut écrire sur cette série. Avec deux auteurs de talent, il ne pouvait en être autrement.

 

Logo top bd 2011

17/20

Repost 0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 10:30

 

La-revanche-de-Bakame.jpg

masse_critique.jpg

 

 

Titre: La revanche de Bakamé
Scénariste: Pieter Van Oudheusden
Dessinateur: Jeroe Janssen
Editeur: La Boîte à Bulles
Collection: Contre-pied
Date de publication: Juin 2010

Avant toute chose, il me faut remercier Babelio, La Boîte à Bulle, et Jeroe Janssen.
Babelio, qui m'a sélectionné pour le nouveau Masse Critique, et qui occasionne cette chronique, La Boîte à Bulle, pour m'avoir envoyé cet album, et pour y avoir adjoint une petite carte des plus courtoises, Jeroe Janssen, pour avoir dédicacé le dit album. Une belle surprise, inattendue, forcément, que j'apprécie vraiment.

Bakamé est un lièvre, coureur de jupons. Pour avoir emprunté la voiture de Mpyisi, il met celui-ci dans les ennuis jusqu'au cou, mais il n'en a que faire. Alors Mpyisi l’hyène va tout tenter pour se débarrasser du lièvre, et ira même jusqu'à traverser le pays pour trouver le mystérieux et terrible sorcier Bwana Kero.

Cet album est l'adaptation d'une fable africaine par deux auteurs belges, et blancs. C'est donc un joli tour de force, que de parvenir à nous faire ressentir pleinement l'Afrique. Graphiquement, d'abord, j'ai le sentiment, la sensation, d'un dessin adapté à ce continent. Ce que je dis n'est pas vérifié, pas scientifique, et se base sur un ressenti, car je ne connais pas de bd africaine, mais j'ai pourtant l'impression que ce style graphique là est à sa place. Cela demanderait confirmation, mais moi je l'ai trouvé extrêmement pertinent. Le dessin des corps, par exemple, me fait beaucoup penser aux statues africaines qu'on peut voir à l'occasion en Europe. Peut-être n'est-ce que la vision d'un européen sur l'Afrique, mais pour un public européen, je trouve Jeroe Janssen tout à fait adapté. C'est dynamique, c'est coloré, bref, je suis convaincu. Ce n'est pas mon style préféré, mais je reconnais vraiment à cet auteur la justesse de son style.
L'Afrique, c'est par le scénario, aussi, qu'on la vit. Par les animaux choisis pour représenter certains personnages: l’hyène, la buffle...  Cet anthropomorphisme me laisse toute fois une réticence. Je ne sais pas si les animaux choisis sont porteurs d'images particulières dans les différentes cultures africaines, et ainsi, je crains de rater (ou pas) des sous-entendus sur ces personnages.  En France, le lièvre est plutôt un animal à l'image dynamique et positive, même si un peu vantard (merci de la Fontaine). Qu'en est-il dans les systèmes de références dont est issu la fable mise en scène? Bref, il manque peut-être un brin de contexte, en éditorial. Mais je suis peut-être le seul à attendre cela. L'Afrique, c'est aussi le personnage de Bwana Kero, sorcier mélangeant catholicisme et animisme. Une bonne synthèse, à mon sens, des réflexions que nous devons avoir nous autres européens sur notre action passée sur ce continent. Nous y sommes arrivés prétentieux, méprisant, sûr de nos valeurs, sans chercher à comprendre les cultures que nous rencontrions, et qui pouvaient avoir des choses à nous apporter. Avec Bwana Kero, dans cet album, c'est aussi la magie, le mystère, et la menace.
C'est un point du scénario, justement, qui me déplait. Mpyisi est plutôt un sale type, mais il est la victime, tout de même, des actions de Bakamé. Il est la victime, aussi, de sa femme qui exige beaucoup de lui. Et pourtant, ils vont êtres les victimes au final de Bwana Kero, et le lapin s'en sortira bien (ainsi que le titre le laisse entendre). Le paresseux, le cocufieur, l'irresponsable, s'en sort bien, et celui que je qualifierai d'homme du commun, Mpyisi, sort perdant de toute cette histoire. En guise de fable, je dois avouer que j'ai du mal à comprendre la morale. Pieter Van Oudheusden veut-il dire qu'il ne faut jamais trahir ses engagements, même avec une personne à la moralité douteuse? Veut-il dire au contraire qu'il ne faut jamais faire appel à un problème potentiel pour en résoudre un que l'on pourrait résoudre soi-même? Je ne sais pas, et si des membres de Babelio passent sur ce blog, en ayant lu cet ouvrage, je les invite à en débattre.

La revanche de Bakamé est un album indéniablement doté de qualité. Il n'a qu'un défaut pour moi, il ne m'a pas emporté. C'est tout à fait personnel, c'est du pur ressenti, et en restant objectif, il serait injuste de le descendre pour cela. Il y a matière à discussion, à réflexion, à découverte et enrichissement, mais l'histoire n'était pas pour moi. Tant pis, ce n'est pas grave, l'expérience aura été de toute façon très intéressante. A vous de tenter maintenant.

 

La-revanche-de-Bakame_-planche.jpg

Logo top bd 2011

15/20

Repost 0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 06:21

preacher-tome-4.jpg

 

Série: Preacher
Tome: 4
Titre: Jusqu'à la fin des temps
Scénariste: Garth Ennis
Dessinateur: Steve Dillon
Editeur VF: Le Téméraire
Editeur VO: DC Comics
Label VO: Vertigo

Date de publication: Novembre 1998


Tulip vient de se faire descendre par les hommes de la Grand-Mère de Jess. Ce dernier n'est plus qu'un légume, lessivé par le dernier acte de mort de son aïeule, qui lui a pris son père, sa mère, son meilleur ami, et la femme qu'il aimait. Mais Jesse n'est pas tout seul. Il a John Wayne avec lui, et le cow-boy compte bien remotiver son poulain. Et pendant ce temps, Tulip fait la rencontre de Dieu, qui a un message à faire passer.

Un peu déçu. Voilà mon sentiment avec la conclusion de cette histoire. La Grand-mère et ses sous-fifres étaient pleins de potentiel, et Garth Ennis les fait rétamer en un rien de temps. Tout juste parce que Custer a repris un peu confiance en lui. C'est faiblard, je trouve. Mou du genou. Même pas jubilatoire de le voir défoncer le baiseur de cadavres. Non, c'est juste décevant.
Il y a une seconde histoire, un interlude. Une rencontre qui permettra à Jesse d'en savoir plus sur son père. Là encore, c'est gentil. Mais je ne lis pas Preacher pour avoir du gentil. J'espère bien que Garth Ennis retrouvera ses esprits dans le prochain tome, et que la pression remontera.

 

Logo top bd 2011

  12/20

Repost 0