Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Mes bd à moi
  • Mes bd à moi
  • : Un blog consacré à la bande dessinée, de tout horizon, et à tous les produits dérivés du monde de la bd. Un blog animé par Yaneck Chareyre et Snoopy
  • Contact

Recherche

CLASSEMENT WIKIO

Wikio - Top des blogs - Illustration

2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 06:08

Belleville-story-tome-1.jpg

 

 



Série: Belleville Story
Tome: 1
Titre: Avant minuit
Scénariste: Arnaud Malherbe
Dessinateur: Vincent Perriot
Coloriste: Isabelle Merlet
Editeur: Dargaud
Date de publication: 2010



 

 

 

Freddy bosse pour Jadzec, un gars qui a le sens des affaires louches, et qui travaille particulièrement avec les chinois de Belleville. Un des coups foire. au lieu de fournir une palanquée d'écrans plats comme prévu, les deux hommes se retrouvent avec une fournée de chinois clandestins. Autant dire que l'acheteur originel n'apprécia pas la surprise. Afin de les refourguer, Jadzec a pris contact avec un des barons de la pègre chinoise à Belleville. Une rencontre que Freddy aurait sans doute préféré ne pas faire.


Très bel album, comme conseillé par certains lecteurs de ce blog. Une ambiance très particuière, parfaitement dans le ton pour cet album de truand moderne. Arnaud Malherbe propose une vision cohérente et froide de la délinquance bellevilloise, sans oublier de soigner son personnage principal. Freddy est un homme ambivalent, presque dépassé. On ne sait pas comment il est arrivé à cette situation, mais il paraît clairement en décalage et inadapté à cette vie. Il hésite souvent, va rarement au bout des actes criminels qui s'offrent à lui, et semble rêver de se faire la malle avec celle qu'il aime. On aimerait comprendre comment il en est arrivé dans cette situation. Ce premier tome n'en dit rien, et vu la densité de l'intrigue qui se développe, il n'est pas certain que le second et dernier puisse le faire. Je croise les doigts, mais le scénariste a sans doute beaucoup de bonnes choses à dire par ailleurs. Notamment sur l'étrange Mr Zhu.
Vincent Perriot est un dessinateur que j'apprécie décidément beaucoup. Il possède une nervosité dans le trait qui convient parfaitement au polar, et transmet bien la tension que le scénariste développe de son côté. Un peu comme un Christophe Blain, on est dans un style similaire. Voici un dessinateur parfaitement à sa place sur cet album.

Excellente recommandation, que l'on retrouve en ce moment sur France Tlévision adapté en téléfilm. Ce qui n'a rien d'étonnant, vu le rythme de l'histoire, et le cadre parfaitement adapté à un tel changement de média.

 

Ils en ont parlé: Kinorama, Scénario, Auracan, Temps de livre.

 

Belleville-story-tome-1_-planche.jpg

 

BDmercredi logo

Logo top bd 2011

17/20

Repost 0
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 05:05

Jazz-Maynard-tome-3-copie-1.jpg

 

 

 



Série: Jazz Maynard
Tome: 3
Titre: Envers et contre tout
Scénariste: Raule
Dessinateur: Roger
Editeur: Dargaud

 

Date de publication: Janvier 2009

 



 

 

 

Lucia la journaliste et amie de Jazz est maintenant en possession d'une mallette contenant l'intégralité des preuves de la corruption à Barcelone. Malette remise par le maire de ma ville, qui ne tarde pas à être retrouvé mort ainsi qu'il l'avait prédit. Mais surtout, tandis que Lucia reçoit le commissaire Blanc pour lui montrer les documents, elle est enlevée par les tueurs au katana. Lorsque Judas et Jazz apprennent la chose, leurs intentions  sont claires: celui qui est derrière tout cela, le maire-adjoint devenu maire par intérim, doit payer. Et cela se fera dans le sang.

Encore une fois, il m'aura fallu deux lectures pour bien tout identifier dans l'histoire, et pour prendre plaisir à la lire. Raule n'est pas un scénariste facile à appréhender, je trouve. Attendez-vous à une fin de cycle en apothéose, avec règlements de comptes à tout va, fusillades et tueries. On est dans l'action pure, et le scénariste ne nous lâche pas du début à la fin de l'album. Pas de temps mort, pas de fausse note. L'action monte crescendo, pour se terminer avec explosion d'hélicoptère et duels en tout genre. Je vous laisse découvrir qui l'emporte dans cet affrontement. Cet album termine donc le cycle, je vous disais, mais je trouve que la suite n'est pas vraiment préparée. Je me demande sur quoi va partir le scénariste. Les parents "adoptifs" de Jazz? Le nouveau parti politique "Bloc Rouge"? Autre chose? Rien d'évident ne permet de se faire un avis, c'est un brin dommage. Je reste donc un peu partagé, toujours pas totalement convaincu.
Les découpages sont très nerveux, je ne sais pas s'ils sont du scénariste ou du dessinateur, mais il n'est pas toujours évident de saisir le sens de l'action, surtout dans les scènes de combat, extrêmement rapides. Les "intrigues" de chaque combat se mêlent parfois, et je ne suis pas toujours à l'aise dans ma lecture. Ceci dit, Roger reste un dessinateur impressionnant, même s'il n'est pas totalement à mon goût.

Jazz Maynard tome 3 est donc un album plein de qualités, mais les auteurs peinent toujours à me convaincre pleinement. Je n'adhère pas encore au phénomène "Jazz Maynard", qui peut se dessiner de ci ou de là sur la toile.

 

Ils en ont parlé: Choco, Graphivore, BDGest, Bodoï.

 

Jazz-Maynard-tome-3_-planche.jpg

Logo top bd 2011

15.5/20

Repost 0
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 05:14

Monster-tome-1.jpg

 


Série: Monster
Tome: 1
Titre: Herr Doktor Tenma
Auteur: Naoki Urasawa
Editeur VF: Kana
Editeur VO: Shogakukan Inc.
Date de publication: 2001


 


Le Docteur Kenzo Tenma est un génie, au sein de l'hôpital de Dusseldorf. Il est par ailleurs fiancé à la fille du directeur de l'hôpital, son directeur de Thèse et  modèle.  Mais le docteur Tenma va se retrouvé chamboulé sans sa pratique de la médecine, et va préférer sauver un enfant plutôt que l'influent maire de la ville. Mais l'hôpital est un lieu où la pire politique se joue, et Tenma va le découvrir. Il va surtout ouvrir la porte sans le savoir ni le vouloir, à des évènements tragiques.


Vous avez déjà pu lire une chronique de ce premier tome de Monster sur ce blog, une critique assez lapidaire et négative. J'ai voulu me confronter à nouveau à cette lecture, dont tant de lecteurs disent le plus grand bien. J'ai désormais lu tout 20th Century Boys, ainsi qu'une bonne partie de Pluto, les deux oeuvres bien connues de Naoki Urasawa, j'ai voulu voir si mon regard avait changé sur Monster.
Et donc oui, il a changé. Je n'ai plus vu la partie médicale, j'ai retenu surtout l'aspect enquête, et le portrait d'homme pris dans ses contradictions. Tenma est en fait particulièrement intéressant. Difficile de choisir la morale contre l'intérêt, et pourtant, c'est ce qu'il va faire, perdant tout espoir de carrière. Et Urasawa est particulièrement cynique, car cet acte de désintéressement qu'il va faire en sauvant l'enfant va lui apporter d'énormes problèmes, va faire naître un monstre. Et puis il y a le personnage du commissaire Runge. Il a tous les attributs physiques du méchant de manga, mais pourtant, il est difficile de le cataloguer sur un seul tome. Sera-t-il un adversaire pour Tenma, ou un allié? Et puis il y a le tour de force de l'auteur, que de révéler l'identité de son "méchant" dès le premier tome. QUand on sait comment il est capable de retenir cette information sur des dizaines de volumes, il paraît évident que cela cache quelque chose. Urasawa s'impose une contrainte supplémentaire, et j'ai hâte de  voir comment il va s'en sortir.

Bref, je ne regrette pas d'avoir pris le temps de corriger mon erreur de jugement. Je vais maintenant pouvoir lire la suite, et j'espère, prendre plaisir à cela comme nombre d'entre vous.

 

Ils en ont parlé: Delphine's books, Tortillalivres, Ben Dis, Caro.

 

BDmercredi logo

Logo top bd 2011

17/20

Repost 0
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 05:08

Le-casse-tome-3.jpg

 

Série: Le Casse
Tome: 3
Titre: Soulman
Scénariste: Chauvel
Dessinateur: Denys
Coloriste: Hubert
Editeur: Delcourt
Date de publication: Mai 2010


Cinq familles de la mafia américaine qui se font voler vingt millions de dollars, ça laisse des souvenirs qui durent. Surtout su ces familles ne parviennent pas à remettre la main sur l'argent et ceux qui l'ont pris. Alors, quand quarante ans après un ex-taulard vient annoncer qu'il connaît un homme qui se vante d'avoir fait le coup, ils ne laissent pas passer l'occasion. Problème, c'est un prisonnier, qui a en plus déjà tué plusieurs de ses compagnons de cellule. Un homme, pourtant, accepte de prendre le risque et de se faire emprisonner pour prendre contact avec lui.

J'avais lu beaucoup de bonnes critiques sur cet album issu de la série de one-shots "Le casse", et force est de constater qu'elles sont loin d'êtres imméritées. Cette intrigue est très bien construite, avec de nombreux rebondissements. Sans artifices, les flash-backs nombreux s'insèrent et se repèrent facilement dans le récit. Et l'intrigue est vraiment passionnante. Soulman, le personnage principal, est réellement charismatique. On aime à le découvrir d'un bout à l'autre de l'album, jusqu'à la dernière page. Les surprises sont nombreuses, ce qui fait qu'on ne s'ennuie à aucun moment. Malheureusement pour moi, je ne suis pas fan de soul music, et donc la "bande originale" me passe à côté, alors que parait-il elle apporte un réel plus.
Denys était un dessinateur que je ne connaissais pas, avant cet album, mais qui s'avère d'un bon niveau. Il a un trait somme toute classique, mais pourtant pas banal. Ses utilisations de l'encrage contribuent bien à élaborer sa personnalité graphique. Pour du polar, il est parfaitement à sa place, j'aimerai maintenant le découvrir sur un autre genre d'histoire.

Soulman est le meilleur album des trois premiers de la série Le casse, qui s'avère globalement satisfaisante jusque là. A voir les autres albums pour déterminer si cet album est la pépite du tas de sable. Mais rien qu'en lecture indépendante, il est très bon et plaisant à lire, alors il n'y a pas à hésiter.

 

Ils en ont parlé: Mango, Librairie Glénat,

 

Le-casse-tome-3_-planche.jpg

Logo top bd 2011

16.5/20

Repost 0
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 05:30

La-vallee-de-la-peur.jpg

 

Série: Une histoire illustrée de Sherlock Holmes
Titre: La vallée de la peur
Scénariste: Ian Edington
Dessinateur: INJ Culbard
Editeur VF: Akiléos
Editeur VO: Selfmadehero
Date de publication VF: 05 mai 2011
D'après l'œuvre de Sir Arthur Conan Doyle


Sherlock Holmes reçoit un jour un message codé, d'un homme qu'il a su soudoyé, un homme qui se tient auprès du génie du crime, le professeur Moriarty. Il le prévient d'un danger encouru par un petit noble du Sussex. Mais trop tard, car un inspecteur de Scotland Yard ne tarde pas à prévenir Holmes de l'assassinat de l'homme en question. Holmes et Watson sont bien entendu invités à participer à l'enquête.



Je remercie les éditions Akiléos qui m'ont proposé de faire cette lecture.

Je n'avais jamais lu de Sherlock Holmes en bande dessinée, et sans être un aficionado, j'aime bien ce personnage. Les anglais Edington et Culbard livrent une adaptation de qualité, que j'ai pu apprécier.
INJ Culbard a un dessin intéressant, un peu sombre, juste ce qu'il faut pour convenir à un bon polar.  Les personnages sont bien caractérisés, et on retrouve bien l'œil si particulier du limier à l'œuvre. Ce qui est bien le moins, et montre que le dessinateur fait bien son travail.
Je ne pourrai juger de la pertinence de l'intrigue vis à vis de l'œuvre originale, de l'adaptation, mais je me suis bien sentit dans l'univers de Sherlock Holmes. Le bonhomme est verbeux comme on peut l'imaginer pendant ses périodes d'enquête. Je pense que ça peut rebuter des lecteurs, mais que c'est fidèle à l'image que je me fais du personnage.
L'histoire m'a bien plu, je n'ai pas vu venir la résolution. Indéniablement, on s'interroge sur la relation entre la femme du mort et le meileur ami, mais Conan Doyle a bien su jouer avec ce grand classique. Reste que je continuerai bien cet affrontement entre Holmes et Moriarty, moi, je suis frustré, on ne voit que peu l'action du grand méchant, dans cette histoire.

 

Quatrième aventure de Sherlock Holmes éditée par Akiléos, je me lirai bien le chien des Baskervilles pour pouvoir juger du travail d'adaptation de Ian Edington, maintenant.

 

La-vallee-de-la-peur_-planche.jpg

 

Logo top bd 2011

15/20

Repost 0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 05:30

Jazz-Maynard-tome-2.jpg

 

Série: Jazz Maynard
Tome: 2
Titre: Mélodie d'El Raval
Scénariste: Raule
Dessinateur: Roger
Editeur: Dargaud

Date de publication: Avril 2008

 


Jazz et Téo ont été recrutés de force par leur vieux copain Judas pour mener un coup particulièrement difficile. Jazz va devoir cambrioler la villa de vacance d'un mafieux roumain, afin de lui dérober une pièce de monnaie en or extrêmement rare. Faute de temps pour préparer la chose, Jazz va tenter de faire de son mieux, mais n'est pas rassuré quant à la réussite de l'entreprise.

Jazz Maynard, ce sont des albums qui nécessitent de se relire. Pour la deuxième fois, la première lecture me laisse beaucoup plus froid que la seconde. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais le constat est là.
Ce tome deux est tout à fait à la hauteur du tome 1, une très bonne bd de gangster.  Les personnages prennent de l'épaisseur. Et tous, même ceux dits secondaires. Les intrigues secondaires sont bien travaillées, même si l'on a un peu de mal à voir où se dirigent les deux auteurs. L'intrigue principale reste un peu floue encore pour l'instant, mais ce n'est finalement pas si grave. On se laisse très bien prendre par les péripéties du moment, et j'accepte bien de ne pas savoir où je vais. La toile de fonds est elle aussi très bien travaillée. J'ai hâte d'en savoir plus sur les différents acteurs de la criminalité barcelonaise selon Raule, qui commence déjà à nous donner des éléments de réponse. Hâte aussi de voir ce qu'il va advenir de Lucia, vu les propositions qui lui ont été faites dans cet album. J'ai encore plus hâte de comprendre ce que viennent faire les sabreurs dans l'histoire, déjà aperçus au tome 1, et encore présents. Dernière chose sur le scénario, très riche, vous pouvez le voir, la scène du "choix". Un mafieux arrive quelque part, et on lui propose des prostituées. Des adultes... Mais aussi des enfants. Et en quelques cases, le malaise est extrêmement prégnant. On sent l'esprit de prédateur à la recherche de sa proie, on sent l'horreur de la situation. Quel talent....
Le dessin de Roger est toujours aussi dynamique, toujours autant en phase avec l'histoire et ses rebondissements. Par contre, je suis toujours autant peu fan de sa mise en couleur.

Album qu'il faut prendre le temps de relire, mais album encore une fois très riche. Je comprends de mieux en mieux l'engouement pour cette série.

 

Ils en ont parlé: Choco, Planet BD, Graphivore,

 

Jazz-Maynard-tome-2_-planche.jpg

Logo top bd 2011

16/20

Repost 0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 05:56

The-last-days-of-american-crime-tome-1.gif

 

Titre: The last days of American Crime
Tome: 1
Scénariste: Rick Remender
Dessinateur: Greg Tocchini
Editeur VF: Emmanuel Proust Editions
Editeur VO: Radical Publishing Inc
Date de publication VF: Juillet 2010


L'initiative de Paix Américaine va bientôt être instaurée. Plus d'argent en liquide, mais surtout, plus aucune criminalité sur toute la surface du globe. Il reste deux semaines, le temps nécessaire à Graham pour monter un dernier coup. Le casse ultime.

J'ai trouvé cet album un peu par hasard en bibliothèque, et je me suis dit qu'il changerait, dans mes chroniques comics habituelles. Certes, ce n'est pas ce que j'ai l'habitude de lire, mais ne vous attendez pas vraiment à lire les chroniques des tomes suivants ici. Cet album ne m'a pas du tout convaincu.
Le premier problème, à mon sens, repose sur le choix de l'éditeur français, de ne publier que 48 planches dans ce premier album. L'histoire s'en trouve resserrée, manquant de temps pour nous capter, pour prendre sa place. L'initiative de Paix Américaine, c'est un concept potentiellement passionnant, mais dont on ne sait presque rien à la fin de ce premier tome. Pourquoi le crime va se trouver éradiqué, on ne sait pas non plus. En gros, on ne sait rien. Comme l'éditeur n'en n'a sorti que deux autres, je me dis qu'un recueil de 150 pages aurait été un bien meilleur choix. Il est vrai que le scénariste n'aide pas. Il ne se passe que peu de choses, dans ces premières pages, ou en tous cas trop de choses pas expliquées. Autant parfois, cela peut créer du suspens, autant là, je me moque de connaître les révélations sur les différents personnages. Seule la fin, change un peu cela, en présentant un secret troublant, qui joue bien son rôle de "cliffhanger". Du moins, si on a aimé le reste de l'album... Vu que je me suis ennuyé, je me moque bien de ce dernier secret. Qui du scénariste ou de l'éditeur français a le plus mal fait son travail, je ne sais. Il n'en reste pas moins que lorsque j'ai repris l'album pour en faire la chronique, je ne me souvenais plus de ce que j'avais lu.
Greg Tocchini, au dessin, livre une prestation intéressante. Assez réaliste pour donner du corps à l'intrigue, et légèrement floue, artistique, pour demeurer intéressante et ne pas marcher sur les plates-bandes du magnifique Alex Ross.

Donc non, je ne trouve pas grand intérêt à cet album. Dommage pour Emmanuel Proust Editions, qui n'a que peu d'albums chroniqués en ces lieux. A mon sens, erreur éditoriale lourde.

 

The-last-days-of-american-crime-tome-1_-planche.jpg

Logo top bd 2011

10/20

Repost 0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 05:56

RG-tome-2.jpg

 

Série: RG
Tome: 2
Titre: Bangkok-Belleville
Scénariste: Pierre Dragon
Dessinateur: Frederik Peeters
Editeur: Gallimard
Date de publication: 20 Mars 2008



Pierre Dragon est sur une nouvelle enquête, avec son pote Cyril, et un petit nouveau, Christophe. Il suit de près une filière d'immigration clandestine, car un tuyau lui a permis d'en identifier le patron. Un thaïlandais qui fait venir ses compatriotes à prix d'or, leur vole leur passeport, et les fait ensuite travailler comme des esclaves dans des ateliers de confection clandestins, ou sur le trottoir parisien. Une enquête facile à mener, si plusieurs problèmes personnels ne venaient pas pourrir ou améliorer la vie de la fine équipe des RG.

Je reste très client, après deux tomes, de cette série sur les Renseignements Généraux. Pierre Dragon, réellement flic, nous présente un second aspect de son boulot quotidien. Je trouve l'album très riche, très intéressant, et pourtant pas du tout didactique ou chiant. Le scénariste a su tisser son histoire avec efficacité, et avec talent pour un débutant du 9e art. Les personnages de Cyril et de Pierre sont réellement attachants, même dans leurs aspects les moins bons. Il nous propose une "histoire d'amour" toute en retenue, toute en finesse, qui apporte énormément au personnage de Pierre, tandis qu'il s'évertue à montrer toute la sensibilité de Cyril. On n'oublie pas les course-poursuite, les filatures, et les planques interminables. On sent que les RG doivent s'ennuyer copieusement, à certains moments de leur boulot, pourtant le scénariste, lui, ne nous ennui jamais. Belle réussite.
Il est toujours bien accompagné par Fredrik Peeters au dessin, toujours aussi bon, toujours aussi simple et naturel. J'ai juste deux mises en couleur qui ne me plaisent pas, au restaurant et sur les toits, mais en dehors de cela, la partie graphique est totalement maîtrisée.

Série passionnante à suivre, et qui sait s'affranchir des codes habituels des polars tout en nous proposant une histoire qui sonne juste. Pas de raisons de s'en priver.

RG-tome-2_-planche.jpg

 

Logo top bd 2011

17/20

Repost 0
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 06:48

Detective-Conan-tome-1.jpg

 

Série: Détective Conan
Tome: 1
Auteur: Gosho Aoyama
Editeur VF: Kana


Shinichi Kudo est un jeune détective extrêmement brillant. Il collabore avec la police pour résoudre des enquêtes complexes, à l'image de son modèle, Sherlock Holmes. Mais un soir, il assiste à une transaction malhonnête, et se fait prendre. Les truands lui administrent alors un poison qui lui donne la taille qu'il avait à sept ans. Shinichi rejoint son ami le docteur Agasa, afin d'essayer de trouver un remède. Mais il va devoir se mettre en chasse de ses agresseurs s'il veut retrouver sa taille normale. Difficile d'enquêter, quand tout le monde vous prend pour un enfant...

Voilà un manga publié depuis très longtemps en France, et que je n'avais pas encore pris le temps de découvrir. Je ne le regrette pas, car finalement, ce n'est pas mon style. Je n'adhère pas à l'idée du poison, et pas plus au "rajeunissement" du personnage principal. Et comme c'est le fondement de la série, autant dire que je suis mal embarqué. Mais même, au delà, je n'accroche pas aux personnages secondaires, le détective miteux, et le policier balourd. Leurs relation avec Shinichi ne me plaisent pas, trop à l'avantage total du jeune homme.
Bref, je passe mon chemin. C'est sans doute un manga à découvrir, mais pour ma part, je n'irai pas plus loin.

 

Detective-Conan-tome-1_-planche.jpg

logo top bd blogueurs

11/20

Repost 0
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 06:47

Sam-et-Twitch-tome-1.JPG

 

Série: Sam et Twitch
Tome: 1
Scénariste: Brian Michael Bendis
Dessinateur: Angel Medina
Editeur VF: Semic
Editeur VO: McFarlane Production

Sam et Twitch sont deux flics trop honnêtes, dans une ville qui ne l'est pas. Trop honnêtes, ils se sont fait des ennemis, et ont été viré de la police. Mais c'est passager, et ils sont réintégrés... directement dans les ennuis. Une famille de mafieux se fait décimer par un tueur aux méthodes étranges. Il laisse plusieurs morceaux de cadavre sur ses scènes de crimes. Plusieurs morceaux d'un même organe humain.  Les deux flics n'ont aucune idée de la merde dans laquelle ils se sont fourrés.

Sam et Twitch est une série dérivée du comic-book créé par Tod McFarlane, Spawn. D'abord personnages secondaires récurrents, l'auteur/ éditeur a souhaité les voir vivre leurs propres aventures isolés du super-héros principal.
Dans le cas présent, c'est à Brian Michael Bendis, alors réputé pour ses histoires criminelles (Torso notamment), qu'il confie le projet. Il lui adjoint les services d'Angel Medina, auteur ayant travaillé sur la série-mère, de telle sorte que les fans se retrouvent bien dans le même univers, au moins visuellement.
Ce premier tome est pas mal, mais je me suis retrouvé à avoir une petite crise d'urticaire en lisant Bendis. C'est très verbeux, ça parle sans arrêt, parfois et même souvent pour ne pas dire grand chose. C'est son style, et il s'empirera les années passant, de sorte qu'il devienne vraiment lourd aujourd'hui. Mais bon, l'intrigue globale est bien construite, et donne plutôt envie de lire la suite, ce qui est donc déjà un bon point. Medina, de son côté, travaille à merveille son dessin sombre et sale, et on n'a aucun doute quand au fait de se trouver dans l'univers de Spawn, un univers sonore et dégueulasse.

Je n'achèterai pas cette série à cause de son scénariste, mais la suivre en bibliothèque, pourquoi pas. Si vous n'avez pas lu Spawn, commencez par lui, à moins d'être rebuté par les histoires de super-héros, et de préférer le polar. Dans ce cas, vous êtes dans la bonne série.

 

logo top bd blogueurs

12/20

Repost 0